Inscriptions
en ligne

Exclusivement pour les filières :
ASS, EJE, ES, ETS, ME, TISF





Formation renforcée pour prévenir et traiter le surendettement

Signature d’une nouvelle convention entre l’ITSRA et la Banque de France
Jeudi 5 avril 2018 17h30 à l’ITSRA

Convention signée par Rodolphe Jonvaux président de l’ITSRA et Jean-Noël Mériot, directeur de la Banque de France du Puy-de-Dôme. En présence d’Alexandre Zago directeur-adjoint de la Banque de France de l’Allier, Pascal Conil et Georges Charmeil, respectivement directeur et directeur des formations de l’ITSRA.

En 2017, 206 524 personnes ont été surendettées en France, 22 842 en Auvergne-Rhône-Alpes et 4 679 pour la seule Auvergne. Les départements de l’Allier et de la Haute-Loire, dans une moindre mesure, se situent hélas en tête de classement pour l’ensemble de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les causes du surendettement, cette "impossibilité manifeste de faire face à l’ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir", sont multiples. Certaines sont étrangères au débiteur : multiplication des crédits à la consommation, progressivité des mensualités de prêts immobiliers, crises économiques successives... D’autres lui sont propres : recours immodéré aux crédits, accidents de la vie : décès, perte d’emploi, maladie, séparation etc. Insuffisamment mise en avant, "l’illettrisme de l’argent" comme le nomme l’association Crésus Paris fait des ravages. Ne pas savoir "manier et compter l’argent", ne pas vouloir ou pouvoir "prendre conscience de la réalité et du caractère dangereux de leur situation financière" sont autant de facteurs de naufrages pour de nombreux ménages. La moitié de ceux qui sont engagés dans une procédure auprès d’une commission de surendettement sont accompagnés par un travailleur social.

Au-delà de son rôle de secrétariat des commissions départementales de surendettement, La Banque de France est engagée depuis de nombreuses années dans la lutte contre l’exclusion sociale et financière. Depuis 2016, elle a en outre été désignée opérateur de la stratégie nationale d’éducation financière du public. Elle développe et coordonne ainsi des actions éducatives auprès des acteurs institutionnels (Éducation nationale…), associatifs et professionnels. Elle contribue au projet expérimental des points conseil budget (PCB), diffuse des supports de formation mutualisés et facilite l’accès à une information neutre et pédagogique grâce au portail Mes questions d’argent.

Chaque année, La Banque de France mène environ 800 actions de formation et d’information auprès de 11 000 travailleurs sociaux. Ces interventions permettent de présenter les évolutions législatives et réglementaires et d’expliquer la procédure de traitement du surendettement. De nombreuses conventions partenariales sont par exemple passées avec l’Union nationale des centres communaux d’action sociale (Unccas) et des Udccas (niveau départemental), des Unions départementales d’associations familiales (Udaf), des crédits municipaux, etc.

Ces éléments de formation sont nécessaires pour les étudiants en travail social. Depuis 2015, une convention lie la Banque de France du Puy-de-Dôme et l’Institut de travail social de la région Auvergne (ITSRA) dans le cadre de la formation des assistants de service social (ASS). Cette collaboration se verra renforcée dans la nouvelle convention et concernera aussi bien la formation des ASS que celle des mandataires judiciaires à la protection des majeurs (MJPM). Des spécialistes du surendettement à la Banque de France interviendront lors de cours consacrés à cette question dans les deux filières. La formation pratique ne sera pas en reste, puisque cette nouvelle convention permettra également à ces futurs professionnels d’effectuer leurs stages dans les services de la Banque de France dédiés à l’information des publics ou au traitement des situations de surendettement.